Valentin, élève de 2de euro, raconte la sortie de la classe à Bordeaux

Le 16 Novembre 2017, nous nous sommes rendus avec la classe Européenne de Seconde dans la ville de Bordeaux, célèbre à la découverte des traces laissées par le commerce des esclaves dans l’urbanisme du Centre Ville.

En effet, on y trouve de véritables joyaux architecturaux permettant resituer le faste cette époque lointaine qui a marqué Bordeaux de son empreinte.

Bordeaux a exercé le commerce triangulaire et en droiture au 17e et 18e siècle.

La ville connaît un essor impressionnant essentiellement grâce a son port.

A Bordeaux même, il n’y a pas de transactions négrières, la ville est seulement un point d’ancrage pour les bateaux, un incessant va-et-vient de départs et retours de bateaux.

Les capitaines marins partis de Bordeaux sur leurs navires faisaient leur commerce négrier vers les îles des Caraïbes, l’Amérique, l’île de la Réunion et l’île de Saint-Domingue.

Les esclaves pouvaient être vendus mais le plus souvent ils étaient échangés contre de simples coquillages blancs, les cauris, qui était une monnaie courante dans le milieu de l’esclavage.

La ville commence a prendre une certaine ampleur, les expéditions menées sur les cotes Africaines jusqu’en Amérique contribuent fortement a son développement.

L’importation de la canne à sucre et l’exportation du vin sont massives, elles jouent également un rôle primordial dans la croissance de la cité.

Très vite, Bordeaux se métamorphose, les riches colons ou des marchands fortunés commencent a bâtir de superbes demeures, elle devient le modèle de son époque.

Des architectes talentueux comme Victor Louis ou Étienne Laclotte s’inspirent des courants architecturaux néo classique, rococo ou encore gréco-romain afin de construire de splendides monuments encore présents actuellement : l’Opéra de Bordeaux, mais qui était à l’époque le Grand Théâtre, une somptueuse salle de spectacle ornée par les couleurs royales qui étaient le blanc, le velours bleu et l’or.

Ce bâtiment est surmonté d’une magnifique coupole où est représenté le port de Bordeaux par une impressionnante peinture réalisé par le grand Victor Louis.

La place de la Bourse, qui était il y a fort longtemps la Place Royale,  a été réalisée par l’architecte Ange-Jacques Gabriel. C’est un endroit emblématique de la prospérité bordelaise

Enfin, nous avons pu découvrir au cours de notre visite de la ville accompagnée de notre guide touristique, quelques quartiers célèbres de Bordeaux, notamment le quartier Sainte Croix, le quartier des Chartrons mais aussi la Place des Quinconces qui représente et rappelle à tous un moment important qui a marqué l’Histoire, l’abolition de l’esclavage.

Vous vous souvenez sûrement de deux dates concernant cette abolition. En effet, certains philosophes de l’époque hostiles à cette pratique demandait la liberté des tous les hommes, cet appel fut entendu, une première fois en 1794, l’esclavage est aboli. Puis Napoléon Bonaparte prend le pouvoir et réinstaure l’esclavage. Il faudra enfin attendre 1848 pour que l’abolition officielle de l’esclavage soit proclamée.

Le port de Bordeaux sera resté au 17e,18e et 19e siècle un port influent a l’échelle mondiale.

C’est la triste époque de la traite négrière, sans laquelle Bordeaux ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui c’est a dire un patrimoine culturel et architectural des plus riches en France.