Une « journée Bénin » et « Lomé by night »

Le rythme qu’a suivi le groupe pour son avant dernier jour fut soutenu…
Départ à 7h30 de la maison Dom et direction la frontière Hillacondji, frontière entre le Bénin et le Togo .

Arrivés vers 9h à cette frontière, les formalités nous ont rattrapés, entre remplir des fiches et tamponner les passeports puis après 30min, nous sommes enfin entrés au Bénin.
Après une pause essence pour remplir le réservoir du car, nous avons pris la route pour Ganvié.

Bien que nous nous soyons légèrement perdus et qu’on ait demandé notre chemin trois à quatre fois, nous avons réussi à atteindre l’avant-poste qui nous mènerait à destination.
Il n’empêche que le déjeuner n’a pas été oublié puisque nous avons pique-niqué dans une auberge « chez M »
A 14h, nous avons atteint l’avant-poste et loué une pirogue : direction Ganvié, un village sur une lagune où nous avons découvert « chez Raphael », mélange surprenant d’un magasin d’objets d’art, un hôtel et’un bar-restaurant. Aussi une maternelle, un hôpital et un marché local ainsi que plusieurs maisons.

Vers 16h, nous avons quitté Ganvié pour Ouidah, où nous avons visité La Route Des Esclaves et ses sept étapes. De la porte du non retour que « 10 millions d’esclaves » ont franchi aux célébrations Vodou ; du mémorial du grand jubilé de 2000 aux statues qui encadrent la route des esclaves ; de l’arbre du retour à la fosse commune, de la case de Zomai ou étaient à chaque cargaison « stockés » 600 esclaves dans des conditions inhumaines au mémorial de Zomach, symbole de la réconciliation, le guide nous a entrainé dans un pan de l’ »histoire jusqu’au point culminant : la place des enchères, la place chacha ou les esclaves étaient vendus et ou beaucoup de familles « portugaises » se sont enrichies.
Après cette visite, nous avons repris la route en direction de Lomé et nous avons refoulé le sol togolais à 20h pour arriver à la maison Dom aux alentours de 10h.

Et à 10h15 s’est tenu le plus gros débat de la soirée : faire ou ne pas faire Lomé by night. Dans une ambiance de « démocratie », un vote a été proposé et faire Lomé by night a gagné de justesse à 7 voix contre 6.

Après bien des péripéties, nous sommes allés à la rencontre d’un quartier qui ne dort jamais et nous sommes allés dans une boite de nuit : le Byblos. Le seul hic, c’est que le Byblos était plus un club de jazz qu’autre chose. Nous avons donc été réorientés vers une autre boite : « Oro ». Ambiance et endurance étaient au rendez-vous pour chauffer le dancefloor sous la surveillance « discrète et étroite « de nos 4 accompaganteurs.

A 1h45, nous avons regagné le car qui nous a ramené sains et saufs à la maison. Bien qu’il y ait eu quelques protestations, le retour à 2h était de rigueur puisqu’une « journée marché » nous attendait à 9h.