On pourrait l’appeler « Au milieu de nulle part » : Voromé.

Nous voilà partis pour Voromé… petit coin pommé à 52 km de Lomé ! Il faut avouer que nous étions assez anxieux à l’idée de séjourner 4 jours là-bas. Nous fûmes déjà gâtés par un petit avant goût de ce qui nous attendait à Voromé, eh oui la « piste » togolaise n’est pas toujours très praticable !

En effet, bombardée de trous plus larges les uns que les autres, le bus devait rouler au pas. Usé par les nombreux kilomètres effectués, il se pencha à un angle de 45 degrés à cause de la route cabossée quand nous arrivâmes près du lieu où nous avons passé le séjour. C’était assez amusant mais plus rien ne nous étonnait à présent !

Nous avons fait la rencontre des habitants dans la ferme puis au chantier de l’école où les fondations avaient déjà été commencées. Comme on pouvait s’en douter l’accueil ne fut pas aussi grandiose que celui de Koumondé, mais il resta très chaleureux malgré tout. A la ferme, nous découvrîmes le hangar de terre battue et fîmes la connaissance de l’espace douche, en effet, elle n’en portait que le nom !

Elle était constituée de branches de palmiers avec une pierre en guise de sol, l’eau usée pouvait ainsi s’écouler pour abreuver les différentes volailles !Ah oui…les toilettes, on peut dire que c’était presque le luxe, ils étaient cachés par un petit cabanon, la cuvette : un simple trou…

Enfin je vous passe les détails ! Nous n’avons pas à nous plaindre malgré les canards et les poules un peu barjos qui courraient un peu partout et l’eau que nous devions remonter de la citerne puis filtrer, car nous savions que la population avait fait son maximum ! Nous nous adaptâmes donc plutôt bien à la vie togolaise !

Quant au chantier, nous n’en fîmes pas autant que nous l’avions espéré, mais bon c’est normal, la population n’est pas habituée à voir des blancs bosser avec leurs mains ! Cependant, nous avons aidé à creuser et même les filles s’y mirent ! Surprenant…

Après un dur effort, le réconfort dit on ! Un bon repas nous attendait préparé à l’avance par l’équipe de cuisine… Miam miam du bon riz, pâtes ou autres féculents en tous genres à la sauce tomate étaient présentés. Malgré cela, ce fut mangeable et même bon ! Petits problèmes, quand la nuit tombe (18h30), il fait noir !

En effet, pas d’électricité…il a fallu s’y habituer ! Mais que serait le charme de ce voyage sans tous ces petits détails ? …